4.3.4. Traduction

Simiké, servante de la maison, appelle au secours Sikon, esclave d’une famille de citadins, celle de Sostratos, qui offre un sacrifice au sanctuaire voisin, puis Gorgias, le beau-fils de son maître, qui habite la maison voisine mais qui est fâché avec son beau-père.

Grec ancien   Français
Sim.  ti/j a2n bohqh&seien;  w! ta&lain'  e0gw&.

       ti/j a2n bohqh&seien;

Sik.                                 9Hra&kleij a1nac,

       e0a&saq' h(ma~j pro_j qew~n kai\ daimo&nwn

       sponda_j poih~sai. loidorei=sqe, tu&ptete:

       oi0mw&zet': w2 th~j oi0ki/aj th~j e0kto&pou.

1

2

 

3

4

5

Sim. – Qui pourrait <m'>aider?

Oh! Malheureuse  que je suis ! Qui pourrait <m'>aider?

Sik. – Seigneur Héraclès!

Laissez-nous, au nom des dieux et des divinités,

faire nos libations. Vous injuriez, vous frappez,

Vous gémissez! Oh! L'extravagante maisonnée!

Sim. o( despo&thj e0n tw~|  fre/ati.

Sik.                                            pw~j;

Sim.                                                   o3pwj;

       i3na th_n di/kellan e0ce/loi kai\ to_n ka&don,

       kate/baine, kai}t' w1lisq' a1nwqen,

       w3ste kai\ pe/ptwken.

6  
 

7

8

9

Sim. –Le maître est dans le puits.

Sik. – Comment?

Sim. – Comment !

Pour en retirer la houe et le seau

il descendait, et alors il a glissé d'en haut,

de sorte qu'il est tombé aussi.

Sik.          ou) ga_r o( xalepo_j ge/rwn sfo&dra

       ou{toj ; kala& g' e0poi&hse, nh_ to_n Ou)rano&n.

       w} filta&th grau~, nu~n so_n e1rgon e0sti/.

 

Sim. pw~j ;

Sik.        o3lmon tin' h2 li/qon tin' h2 toiou~to& ti

       a1nwqen e1nseison labou~sa.

 

Sim.                                     fi/ltate, kata&ba.

Sik.  Po&seidon, i3na to_ tou~ lo&gou pa&qw,

       e0n tw~| fre/ati kuni\ ma&xwmai ; mhdamw~j.

 
10

11

 

12

 

13

 
 

14

15

Sik. – N'est-ce pas ce vieillard tout à fait pénible?

Il a bien fait, par Ouranos.

O très chère vieille, maintenant à toi d'agir.

                   (= l'action est tienne)

Sim. – Comment ?

Sik. –  Un mortier, un bloc de pierre ou

quelque chose de tel, d'en haut jette-le <sur lui>

l'ayant pris (=prends-le et jette-le).

Sim. –  Très cher, descends

Sik. –Poséidon! Pour que je subisse le <sort>

du proverbe, que dans le puits je me batte

avec un chien? En aucune façon.

Sim.  w} Gorgi/a, pou~ gh~j ei] ;

Go.                                          pou~ gh~j e0gw& ;

       ti/ e0sti/, Simi/xh ;

Sim.                           ti/ ga&r ; pa&lin le/gw:

       o( despo&thj e0n tw~| fre/ati.

Go.                                             Sw&strate,

     e1celqe deu~r': h(gou~, ba&diz' ei1sw taxu&.

16  

17

 

18

 

19

Sim. – O Gorgias, en quel endroit de la terre es-tu?

Go. – En quel endroit de la terre je suis?

Qu’y a-t-il, Simiké ?

Sim. – Ce qu’il y a? je le redis :

Le maître est dans le puits.

Go. – Sostratos,

viens ici! <Toi>, conduis-<nous>,

rentre en vitesse! (= marche vers l'intérieur rapidement)

"Le maître est tombé dans le puits !", Une scène du Dyscolos de Ménandre (620-638)