logo de l'UNT UOH logo de l'UNS

Anthropologie visuelle et techniques du corps

-

Le corps au travail

 

Aucun extrait de film dans ce chapitre

 
Liste des extraits de ce chapitre

A) Introduction aux techniques du corps (suite)

4. Le rôle du corps dans l’apprentissage

Les techniques du corps jouent un rôle déterminant dans les relations d’apprentissage, au-delà de celui spécifique de la transmission par la parole. Réciproquement, comme le dit Marcel Mauss, dans l’art d’utiliser le corps les faits d’éducation dominent.

Il s’agit toujours d’inscrire l’apprentissage dans un contexte culturel déterminé, comme le souligne Mauss à propos de l’aptitude d’utiliser la main droite ou la main gauche.

Pour savoir pourquoi il ne fait pas tel geste et fait tel autre, il ne suffit ni de physiologie ni de psychologie de la dissymétrie motrice chez l'homme, il faut connaître les traditions qui l'imposent.i

Leroi-Gourhan souligne, lui aussi, l’importance de l’apprentissage culturel qui prend place dans le cadre des pratiques quotidiennes, afin d’imprégner l’individu de ce qu’il appelle un « style » de savoir-faire et savoir-être. Cet apprentissage au quotidien se fait souvent de manière inconsciente car non formalisée.

A) Introduction aux techniques du corps

4. Le rôle du corps dans l’apprentissage (suite)

Dans les pratiques quotidiennes et dans leur cadre, l’imprégnation stylistique est profonde, hors de la lucidité ; comme pour les opérations techniques elle marque à vie les générations successives ; certaines attitudes, certains gestes de politesse ou de communication, le rythme du pas, le savoir-manger, les gestes d’hygiène ont des tonalités ethniques qui se transmettent à travers les générations.ii

Dans son ouvrage dédié à la cinématographie des apprentissages, Les gestes du savoir, Annie Comolli regrette le peu d’attention que l’on consacre aux apprentissages quotidiens, les ethnologues préférant en général destiner leurs recherches aux initiations ritualisées.

A) Introduction aux techniques du corps

4. Le rôle du corps dans l’apprentissage (suite)

Les descriptions consacrées à des apprentissages ne sont pas seulement rares, elles sont également sélectives. Pourquoi certaines catégories d'apprentissages ont-elles été retenues et d'autres systématiquement laissées de côté? Les anthropologues-cinéastes ont en effet tendance à filmer des rites d'initiation, c'est-à-dire des apprentissages cérémoniels, et à négliger les apprentissages quotidiens non cérémoniels. Ces derniers sont pourtant présents dans toutes les sociétés qu'ils étudient, et ils y jouent un rôle fondamental. Il semble qu'il faille chercher les raisons de cette double attitude dans la forme même des apprentissages. Parce que ponctuels et strictement organisés quant à leur composition et à l'agencement de leurs phases, les rites d'initiation et les autres apprentissages cérémoniels sont d'une observation relativement aisée. En revanche, les apprentissages quotidiens non cérémoniels sont plus difficilement observables parce que souvent diffus et librement organisés. iii

Lors de ses recherches au sein de l’espace domestique – dans des pays aussi différents que l’Italie, la Côte d’Ivoire ou le Samoa Occidental -, Silvia Paggi a souvent observé la transmission de savoir-faire. Dans ce contexte, l’apprentissage, notamment celui des enfants, prend souvent la forme d’une imitation spontanée de la technique du corps de l’adulte. Il s’agit donc d’une forme non-verbale de la transmission.

A) Introduction aux techniques du corps

4. Le rôle du corps dans l’apprentissage (suite)

Dans le film, Observation filmée d’une activité quotidienne féminine chez les Bété, par exemple, on voit des fillettes en bas-âge observer attentivement le savoir-faire des adolescentes et des adultes, notamment lorsque celles-ci pilent. Elles imitent ensuite, en jouant, le geste de pilage, en écrasant de l’herbe avec des petites pierres ou des bâtons. [ Imitation pilage]

Même lorsque la transmission des techniques du corps se fait dans un cadre formalisé, la part d’imitation est importante, ainsi que le souligne David Le Breton.

L’acquisition des techniques du corps par les acteurs relève d’une éducation souvent très formalisée, intentionnellement mise en œuvre par l’entourage de l’enfant (ou de l’adulte qui cherche à s’approprier un autre usage des choses du monde). La part du mimétisme joue un rôle non négligeable dans cette éducation.iv

A) Introduction aux techniques du corps

4. Le rôle du corps dans l’apprentissage (suite)

Rentre dans ce cadre, la relation d’apprentissage des techniques du corps filmée par Silvia Paggi lors de la phase de foulage du raisin dans le bassin au cours de la vinification traditionnelle aux îles Éoliennes. Un jeune exécute, probablement pour la première fois, l’opération dite "Scupulare", qui consiste à séparer les rafles du marc. Le regardant du bord du bassin, le grand-père, qui joue ici le rôle d’initiateur, guide par la parole les gestes de l’apprenti. Toutefois, face à ses difficultés d’apprentissage, il montre « à vide », c’est-à-dire sans l’objet, la bonne gestuelle.

Le film de Nathalie Gachet Un Ryokan à Kyoto, est en grande partie consacré à l’initiation aux manières de servir à table au Japon, notamment durant la cérémonie du thé.

Plusieurs apprenties sont réunies pour apprendre les postures intermédiaires à accomplir afin de passer de la posture au sol à celle debout, qui permettra ensuite de passer à la marche réglementaire. L’initiateur exécute la technique du corps, l’accompagnant d’indications verbales. [ marche/assise]

De même pour la présentation du bol qui, par une suite de gestes de rotation, doit arriver au client toujours du bon coté. [ Bol présentation]

A) Introduction aux techniques du corps

4. Le rôle du corps dans l’apprentissage (suite)

Dans une posture au sol, l’apprentissage du geste d’incliner le buste, qui doit s’effectuer avant la pose du plat, est guidé par l’initiatrice par la voix et par l’exemple gestuel. [ Salutation / pose plat]

Lors de l’apprentissage de la bonne manière de plier une serviette, il est tout particulièrement intéressant d’observer comment l’initiatrice, d’une part suit avec sa gestuelle toutes les étapes que l’apprentie exécute à son rythme, et d’autre part intervient physiquement sur la gestuelle de l’apprentie. Se déroule en même temps un entretien sur les préjugés concernant la présence des femmes cuisinières dans un restaurant. [ Pliage serviette rouge]

suite dans la partie B →